• Inès

L'histoire du pull mythique irlandais : des îles d'Aran à Hollywood.


Saviez-vous que le pull nommé "Charlie" chez Bonheur Bruxelles, est devenu un véritable "mythe" dans le monde du cinéma et de la mode ? Mais comment cette maille irlandaise tricotée par les familles insulaires s'est-elle retrouvée sous les projecteurs d'Hollywood et encore aujourd'hui sur les podiums des fashions weeks internationales ?


Voici la formidable histoire du pull mythique traditionnel irlandais, le pull des îles d'Aran qui fascine encore aujourd'hui et devient la "star" de nos penderies.



Les îles d'Aran


L'histoire commence aux confins des îles irlandaises d'Aran. Ce sont des petites îles au large de la baie de Galway, situées sur la côte Ouest de l’Irlande. Avant le 19ème siècle, les îles d'Aran étaient très souvent coupées du monde. Lorsque la mer était déchaînée, les habitants devaient redoublés d’effort pour nourrir leur famille et vivre de leurs activités.


La pêche était la principale source de revenu des habitants, mais les habitants des îles, très créatifs, et très conscients de la richesse de leur territoire, fabriquaient des paniers à l’aide de branches, ainsi que des bateaux, la nature était leur principale source d’inspiration.


"La nature comme principale source d'inspiration"

Pour les pêcheurs qui s'aventuraient en haute mer, il était indispensable d'imaginer une tenue capable de les tenir au chaud, de résister au vent et à l’humidité. C’est ainsi, que les familles insulaires ont commencé à tricoter des mailles à partir de la laine des moutons.


La laine vierge de mouton est très résistante et imperméable, c'est une matière parfaitement adaptée aux grands changements de température, idéale pour rester longtemps à l'extérieur et résister aux intempéries.


Selon la légende, chaque maille était tricotée de manière différente afin de différencier les familles. Les tricoteuses, à l’imagination débordante, s'inspiraient des légendes celtes et de la nature pour donner des formes et des significations au tricot.


Le pull Aran devient alors une signature, un blason, ce qui définit chaque famille et porte chance aux pêcheurs lors de leur voyage en mer.

Modèle traditionnel du pull Aran, 1960. Photo des archives irlandaises.
Modèle traditionnel du pull Aran, 1960. Source: Irish Photo Archive

L'envolée à New York


Au 20ème siècle, l’histoire du pull irlandais sort de son enclave insulaire et s’exporte à l’internationale. Il fascine et séduit de plus en plus. D’abord à New-York, où il sera exposé au MOMA (Musée de l’art moderne de New York) en 1941, lors d’une exposition rassemblant les pièces de mode les plus influentes du siècle.


On y retrouve ainsi le pull irlandais au coté de la petite robe noire, du jeans Denim, du Sari et de la veste en cuir.


« La mode est incontestablement une forme de design avec pour seul pitch, celui de l’équilibre entre la forme et la fonction » dira le célèbre musée.


Une carrière à Hollywood


Après New-York, sous les feux de la rampe et des projecteurs, le pull irlandais fera sa grande entrée à Hollywood.

On retrouvera la maille iconique sur de nombreuses célébrités comme Steve MacQueen, Steven Spielberg, Elvis Presley, Grace Kelly, Jean Seberg, Isabelle Adjani, et cela continue aujourd’hui avec Taylor Swift ou Adam Driver et Lady Gaga dans le film "Gucci".



Steven Spielberg
Steven Spielberg


Le film le plus marquant et dans lequel le pull se fera le plus remarqué sera "Le Milliardaire" avec Marilyn Monroe en 1960.


Marilyn Monroe joue le rôle d'Amanda Dell dans "Let's Make Love", baptisé "Le Milliardaire"en francais au coté d'Yves Montand, film de George Cukor, 1960. Droits d'auteur: Alamy.
Marilyn Monroe joue le rôle d'Amanda Dell dans "Let's Make Love", baptisé "Le Milliardaire"en francais au coté d'Yves Montand, film de George Cukor, 1960. Droits d'auteur: Alamy.

Un acteur également mondialement connu, véritable référence du style masculin, c'est Steve Mac Queen qui ne se sépare plus de son pull irlandais dans "L'affaire Thomas Crown" en 1968 et dans "Le Mans" en 1971.


Steve Mac Queen et Faye Dunaway dans "L'affaire Thomas Crown", 1968.
Steve Mac Queen et Faye Dunaway dans "L'affaire Thomas Crown", 1968.

Steve Mac Queen dans "Le Mans", 1971
Steve Mac Queen dans "Le Mans", 1971


Sur les podiums de la Fashion Week



Depuis, cette pièce traverse les saisons et les années avec chic, et de nouvelles interprétations voient le jour. Tous les designers s’en emparent et réinterprètent le pull emblématique, mais le classique, le vrai et l'unique ne se démode pas et est toujours plus actuelle que jamais.


On l'aparçoit en ce moment notammemt chez Céline Paris automne/hiver de cette année 2021 ou encore chez Isabel Marant, en version masculine et féminine.


Les grands couturiers, en reviendrait-il également au basiques ?



La philosophie Bonheur et le pull Charlie


Le pull "Charlie" est une maille plus actuelle que jamais avec un engagement fort. C'est une pièce qui traverse les saisons, les continents, les années et nous transporte dans la magie et le rêve.

La philosophie Bonheur est de proposer des classiques fort, capables de durer, il n'y a plus de tendance, uniquement des matières, une attitude et un savoir-faire.

Le pull traditionnel irlandais séduit par sa matière 100% naturelle, ses motifs torsadés symboliques et une signature artisanale basée sur des valeurs familiales.


Une pièce que l'on garde à vie, qui ne se démode pas, que l’on transmet, qui a une histoire, une matière, une vraie identité. C'est le chic sans effort.


Le pull « Charlie » remplit tous les critères de la mode éco-responsable d'aujourd'hui, ceux du luxe également, avec un juste prix reflétant des conditions de travail digne, la sauvegarde d'un savoir-faire familial ainsi que le respect de l'animal et de la matière.


Car la mode ne se démode pas, tout est une question d’équilibre entre la forme, l’attitude et les matières.


Retrouvez le pull "Charlie" sur la boutique en ligne, fabriqué dans les ateliers familiaux d’Irelandseye knitwear à Dublin.


Le pull "Charlie", mixte, 100% laine mérinos.





Le pull Edouard, mixte, la couleur est plus "craie", en laine mérinos avec 5% de cachemire.



Toutes les couleurs, tailles et modèles n'étant pas encore en ligne car il me faudrait, plusieurs vies et pleins de petits doigts supplémentaires pour agrémenter Bonheur Bruxelles. N'hésitez pas à m'écrire si vous voulez plus d'informations. Je vous réponds avec Bonheur <3.








28 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout